La violence contre les femmes, la paix et la sécurité

La violence patriarcale contre les femmes est la plus grande menace pour la paix et pour la sécurité des femmes.

Les politiques sécuritaires identifient des menaces externes aux frontières nationales alors qu’en fait les menaces contre les femmes viennent souvent de l’intérieur même, de leurs relations et affiliations. Cependant, la sécurité des femmes a été déplacée dans la sphère « privée », et est donc prise en charge par les personnes les plus proches: les membres masculins de la famille et les maris, qui sont très souvent les agresseurs. L'UE a adopté la politique européenne de sécurité et de défense, mais il existe encore une résistance considérable à l'élaboration d'une stratégie européenne commune pour freiner la violence à l'égard des femmes.

Si les femmes sont victimes de la violence ce n’est pas parce qu’elles sont plus vulnérables que les hommes, mais parce que le pouvoir patriarcal universel qui prévaut dans les sociétés privilégie les hommes au détriment des femmes. Afin de garder cette position privilégiée, les hommes exercent différentes formes de contrôle : des menaces, des violences psychologiques, physiques et sexuelles ou encore le meurtre.

La position subordonnée des femmes en temps de paix les expose encore plus lorsqu’un conflit militaire éclate. Indépendamment de la nature des conflits, il existe une universalité dans tous: la marginalisation et le contrôle sur les femmes augmentent de façon à devenir synonyme de contrôle de l'ensemble de la communauté. La militarisation continue de notre monde est un frein à l'égalité entre les sexes et au développement social et a une place cruciale dans le maintien de la domination masculine dans la société en temps de paix. Le militarisme confirme également une forte masculinité qui favorise la violence pour protéger la paix et une féminité faible nécessitant une protection. Cependant, être protégé signifie une subordination préalable - ce qui exclut la possibilité d'une participation réelle des femmes. C’est ainsi que l’absence des femmes de la prise de décision est maintenue et que l’on a donné à la paix elle-même un statut subordonné à la guerre.

L’IFE-EFI vise à exposer les structures de la violence à l'égard des femmes en temps de paix et de guerre et à renforcer les analyses féministes et une vision féministe de la justice mondiale. Les alliances transnationales contre le militarisme et l'armée sont des éléments fondamentaux afin de mettre la sécurité humaine, qui inclut la violence contre les femmes, au sommet des agendas politiques.