Les célébrations de la journée internationale de la femme

21 mar 2018
International womens day 2018, womens rights, feminist strike, womens march, اليوم العالمي للمرأة

Le 8 mars, comme tous les autres jours de l’année, l’Initiative Féministe Euromed s’engage dans la lutte pour l’élimination de toutes formes de discrimination, d’oppression, d’exclusion et de violence à l’encontre des femmes. Ainsi, la journée internationale de la femme est toujours une occasion de célébrer les accomplissements.

Dans le contexte actuel de régression globale, l’Initiative Féministe Euromed se tient à côté de toutes les femmes du monde qui résistent afin d’acquérir et préserver leurs droits fondamentaux, leur liberté, leur dignité, leur accès et leur contrôle des ressources, ainsi que leur participation à toutes les décisions qui engagent leurs vies et le destin de leurs pays.

L’Initiative Féministe Euromed et ses membres ont célébré la Journée internationale de la femme et participé à de nombreux événements, marches, grèves, forums et conférences.

 

L’Initiative Féministe Euromed a participé au forum féministe 2018 intitulé « Féminisme sans frontières » du 6-8 mars au Parlement Européen, à Bruxelles. Mme Tiziana Dal Pra, membre du Conseil administratif de l’Initiative Féministe Euromed était membre du panel « Genre et Migration ». Elle a discuté des luttes sur le genre, la migration et l'antiracisme d’une perspective féministe. En outre, elle a abordé le problème des droits des femmes et les tendances migratoires actuelles qui montrent une augmentation de la traite des êtres humains et une vulnérabilité accrue due à l'exploitation affectant les femmes.

feminist forum feminism without borders

En Croatie, Conseil et Recherche (CESI) a célébré la journée internationale de la femme et a participé à une conférence intitulée « L’égalité est meilleure pour tout le monde ». La conférence a souligné l’importance de l’égalité des sexes et a discuté des solutions pour mettre fin à la discrimination des femmes and général et sur le lieu du travail en particulier. Par ailleurs, CESI s’est joint aux milliers de Croates pour la marche des femmes à Zagreb afin de marquer la journée internationale de la femme, réclamant l’égalité des droits pour les femmes ainsi que la ratification de la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre les violences à l’encontre des femmes et les violences domestiques. Les mots-clés pour la marche de 2018 étaient « Colère », « résistance » et « changement » en réponse à tout ce qui s'est passé en Croatie au cours de la dernière année. Elle était organisée par fAKTIV et rassemblait un millier de manifestants à Split, Rijeka, Zadar et Sibenik.

Les statistiques montrent que toutes les 15 minutes, une femme en Croatie fait face à la violence. Le féminicide est en augmentation, et les récentes divisions et obstructions sur la ratification de la Convention d'Istanbul montrent que l'État et l'Église y participent. L’influence de l’Eglise catholique montre le manque de responsabilité et la faiblesse de l’Etat. Les « valeurs traditionnelles » promues par l’Eglise sont directement liées à la notion que la violence n'est pas traitée comme un problème sérieux. Au lieu de cela, les femmes sont découragées de signaler la violence. Dans le même temps, le nombre de femmes assassinées augmente chaque année. Ces tendances dangereuses montrent qu’au cours des dernières années, le système déjà affaibli a été démoli. Lors des 25 dernières années, l’Etat croate a fait le strict minimum et les rares changements réalisés ont en fait été initiés sous la pression des organisations de la société civile et des institutions internationales. Cela signifie que 90% du combat dépend de la société civile pendant que la police, le système judiciaire, les services sociaux, les services de santé et d’éducation ne collaborent que très

peu.Croatia women's day Women's day

L’Association Domine, l’un de nos membres en Croatie, a participé à la marche à Split le 8 mars 2018 sous le slogan « Comptez sur la résistance » pour marquer les 100 années du mouvement des femmes dans la ville. Des milliers de Croates se sont rassemblés sur la place du Peuple et ont avancé vers le centre-ville, portant des signes réclamant l’égalité des droits pour les femmes, la ratification de la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre les violences faites aux femmes et les violences domestiques (la Convention d’Istanbul), le droit à l’avortement et l’égalité des sexes. La marche a été organisée par différents groupes féministes et ONGs incluant Domine.

Women's day Croatia women's day

women's day 

En Italie, l’association Trama di Terre a rejoint la grève féministe le 9 mars à Imola afin de marquer la journée internationale de la femme et de mettre l’accent sur la persistance des inégalités entre les sexes et de la violence basée sur le genre. Par ailleurs, Mme Tiziana Dal Pra, membre du Conseil administratif de l’Initiative Féministe Euromed et Présidente de Trama di Terre, a participé aux forums « Féministes sans frontières » du 6 au 8 mars 2018 a Parlement Européen, Bruxelles, en tant que représentante de l’Initiative Féministe Euromed. Lors du panel « genres et migration », elle a discuté des luttes sur le genre, la migration et l'antiracisme d’une perspective féministe.

 Italy feminist forum

En Jordanie, l’Organisation des femmes Arabes (AWO) a tenu une conférence nationale le 8 mars à Amman afin de commémorer la journée internationale de la femme. Pendant la conférence, AWO a mis l’accent sur la nécessité de changer la loi sur la nationalité pour mettre fin à la discrimination contre les femmes. Il y a quatre ans, pendant la session du rapport périodique universel (UPR) au Conseil des droits de l'homme (CDH), la Jordanie s'était engagée à accorder des « droits civils » aux enfants de mères mariées à des non-Jordaniens. Malheureusement, cela n'a pas été mis en œuvre. La nouvelle session de l'UPR se tiendra en octobre 2018. Par conséquent, l'AWO soumettra un rapport alternatif avant le 29 mars pour demander que la Jordanie respecte ses engagements d'ici octobre 2018 pour mettre fin à la discrimination dans la loi sur la nationalité. En outre, AWO a souligné la nécessité d'augmenter le quota des femmes pour atteindre 50-50 comme indiqué dans l'objectif 5 des Objectifs de développement durable et l'Agenda 2030 des Nations Unies qui a été approuvé par la Jordanie, la nécessité de mettre fin au harcèlement, aux abus et à la violence qui mènent au mariage forcé et précoce ainsi que la nécessité de remédier aux salaires moins élevés des femmes et au réduction des possibilités de carrière et de développement. Le 7 mars, AWO a uni ses efforts pour exprimer sa solidarité avec les femmes palestiniennes et a appelé à la liberté des femmes détenues et à la libération immédiate de Ahed Tamimi, l'icône Femme enfant (16 ans) détenue le 19 décembre 2017 par les forces d'occupation israéliennes alors qu'elle pratiquait son droit à la résistance pacifique à l'occupation israélienne.

 Jordan women's day

Au Liban, le Rassemblement démocratique des femmes libanaises (RDFL) a participé à la marche qui s’est tenue le 11 mars 2018 sous le slogan « Différentes causes, colère partagée » pour marquer la Journée internationale de la femme et mettre en évidence la diversité des problèmes auxquels sont confrontées les femmes au Liban aujourd'hui. Des milliers de personnes ont manifesté dans les rues de Beyrouth pour dénoncer toutes les formes d'oppression et de discrimination à l'égard des femmes, le mariage des enfants, la violence sexiste et d'autres problèmes qui touchent les femmes libanaises. La marche était organisée par différents groupes féministes et ONGs dont RDFL.

Lebanon womens march womens day lebanon

L’Association Najdeh a organisé de nombreuses cérémonies commémoratives à l’occasion de la Journée internationale de la femme dans différentes régions du Liban, avec la participation de représentants d’associations sociales et éducatives et d’institutions, des représentants de partis palestiniens, de comités de travail et d’activistes sociaux. En outre, sous le slogan « Le 8 mars, symbole du combat des femmes », l’association Najdeh a organisé un rassemblement de masse au camp Al-Bass au Liban en présence d'un groupe de dirigeants et de représentants des factions palestiniennes et des comités populaires ainsi que des représentants d'ONGs. Elle a organisé plusieurs tables rondes à l'occasion de la Journée internationale de la femme dans différents camps au Liban pour discuter des moyens et des recommandations sur la lutte contre la violence à l'égard des femmes. Par ailleurs, Najdeh a participé et aidé à l’organisation de la marche pour les femmes qui s’est tenue le 11 mars 2018 au Liban sous le slogan « Différentes causes, colère partagée » afin de marquer la journée internationale de la femme et de mettre en évidence la diversité des problèmes auxquels sont confrontées les femmes au Liban aujourd'hui.

lebanon international women's day lebanon women's rights

En Macédoine, l'Initiative Civique des Femmes a célébré la Journée Internationale de la Femme en participant à la marche des femmes qui s'est tenue le 8 mars 2018. L'objectif de cette marche était de faire la lumière sur les disparités entre les sexes dans la sphère économique, politique et sociale du pays ainsi que d’envoyer le message suivant : l'égalité des sexes est un facteur important pour parvenir à une société démocratique et égale.

Macedonia women's day

Au Maroc, l’Union de l’Action des femmes (UAF) s’est engagée dans la campagne nationale pour changer le code de la famille 14 ans après sa promulgation, soulignant la contradiction du code avec la constitution nationale et les conventions internationales. En outre, UAF a mis en place une cour symbolique pour dénoncer toutes formes de violences contre les femmes le 17 mars 2018 avec comme titre « La féminisation de la pauvreté » à Tanger.

Morocco symbolic court women's day Morocco

La cour a été créée pour permettre aux femmes d'exprimer librement leurs souffrances exposant les formes de violence auxquelles elles sont soumises et de fournir des témoignages sur leurs cas, leurs luttes et leurs problèmes.

Palestine women's day palestine women's day

En Espagne, le Forum de Politica Feminista a participé à la première « grève féministe » nationale le 8 mars qui a obtenu le soutien des syndicats. Plus de 5 millions de femmes travailleuses ont rejoint les rangs de la grève féministe sous le slogan « Si on s’arrête le monde s’arrête ». La grève de 24 heures visait à attirer l'attention sur la violence domestique, la discrimination sexuelle et l'écart de rémunération entre les sexes. Elles se sont jointes aux femmes du monde entier pour exiger la fin des préjugés systématiques, de la misogynie et de la discrimination et ont réclamé l'égalité des droits et la reconnaissance dans toutes les sphères de la vie, reflétant le poids et la contribution des femmes dans la société. Les maires de Madrid et de Barcelone mettent tout leur poids derrière une action sans précédent pour exiger la fin des inégalités.

Spain feminist strike  Feminist Strike Spain

Spain women's day 

En Suède, « Gender and Development In Practice (GADIP) » a participé au Forum féministe 2018 intitulé « Féministes sans frontières » du 6 au 8 mars 2018 au Parlement européen à Bruxelles.

Sweden women's day

En Tunisie, l’Association des femmes tunisiennes pour la recherche et le développement (AFTRUD) s’est jointe à la marche nationale avec un grand nombre d’ONG féministes et des droits humains afin de réclamer des droits d'héritage égaux. Plus de 1000 manifestants ont défilé dans le bâtiment du Parlement dans la capitale tunisienne le 10 mars 2018 pour réclamer une loi garantissant l'égalité de l'héritage pour les filles et les garçons.

 

Tunisia women's day Tunisia women's march

Tunisia women's day Tunisia women's day 2018