Recommendations issues du dialogue politique lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles et renforcer les droits des femmes dans le contexte de la pandémie de Covid-19

23 nov 2020

La crise de la Covid-19 a mis en évidence les inégalités structurelles existantes ainsi que les différentes réalités auxquelles les femmes et les hommes sont confrontés suite à la pandémie.

Les femmes sont en première ligne pour faire face à ses conséquences. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les femmes représentent 70% des professionnels exposés au virus dans les secteurs de la santé et les services sociaux, le commerce, les services de nettoyage ainsi que l’aide et les soins à domicile. La perte de revenue, la dégradation des conditions de travail, la fermeture des écoles, les changements dans la vie quotidienne et le confinement au domicile n’ont fait qu’alourdir le fardeau porté par les femmes, qui même en temps normal ont de plus lourdes responsabilités au sein du foyer familial et  peinent à trouver des emplois sur le  marché du travail. La crise du Covid-19 a accablé les pays à faible et moyen revenu, à cause de la fragilité des systèmes de santé public, de l’éducation, de la protection sociale et de l’infrastructure. Ces pays ont besoin d’un soutien international pour faire face à la pandémie.

De plus, on note un accroissement des violations du droit international et des résolutions et conventions des Nations Unies, ainsi qu’une augmentation des violences faites aux femmes et aux filles – notamment la violence domestique – suite aux mesures de confinement. Globalement, on constate un mépris croissant des règles du droit international. L’impossibilité d’intenter des procès ou d’avoir accès aux services de secours sont sources de difficultés supplémentaires pour les femmes. Il est de plus en plus difficile r de gérer les cas de violence et de protéger les victimes dont la sécurité et la vie sont en danger.

La 4ème Déclaration Ministérielle de l’Union pour la Méditerranée (UpM) relative au renforcement des droits des femmes dans la société (Le Caire 2017) est un outil important pour améliorer les droits des femmes et donc une référence pour traiter de l’impact de la pandémie sur les femmes et les filles.

Ayant analysé cet impact, l’Initiative Féministe EuroMed (IFE) a organisé le 21 septembre 2020 en collaboration avec le Ministère Jordanien du Développement Social, un dialogue politique régional « Lutter contre les violences faites aux femmes et aux filles dans le contexte de la pandémie de Covid-19 ». Ce dialogue a réuni virtuellement des responsables politiques, des représentants des Ministères, des experts en matière de genre et de justice, des chercheurs et des organisations de défense des droits de femmes de sept pays de la région EuroMed (Algérie, Égypte, Jordanie, Liban, Maroc, Palestine et Tunisie), des représentants de l’UE et de l’UpM.

Les présentes recommandations issues de ce dialogue visent à soutenir la mise en œuvre de la 4ème Déclaration Ministérielle pendant et après la crise sanitaire. Elles sont basées sur les obligations internationales des Ministres et les engagements de la Déclaration Ministérielle de l’UpM au Caire et sont structurées selon les domaines prioritaires définis par les Etats participants.

Ces recommandations seront partagées en préparation de la prochaine conférence de haut-niveau de l’UpM « Renforcer l’égalité des genres dans le contexte de la pandémie de Covid-19 » (16-19 novembre 2020).