Son excellence Helena Gröndahl Rietz

Poste: 
Ambassadrice de Suède en Jordanie

 

Dialogue régional Euromed : Du renforcement du rôle des femmes dans la société à l'élaboration de politiques d'égalité des genres

Amman, le 3 février 2016
Discours d’Helena Gröndahl Rietz, Ambassadrice de Suède en Jordanie

 

Excellences, Mesdames et Messieurs,

Merci de m’avoir invitée à ce dialogue de suivi sur les conclusions ministérielles Euro-Med de 2013 sur le renforcement du rôle des femmes dans la société.

Il est encourageant de suivre ce processus avec tant de parties prenantes engagées pour transformer ces conclusions en politiques et en actions concrètes.

Je vais essayer de présenter brièvement la politique étrangère féministe de la Suède et de vous donner une mise à jour de son engagement au Moyen-Orient en faveur des droits de l’Homme, de la démocratie, de la paix et du développement durable y compris notre soutien pour le droit des femmes et l’égalité de sexes. Enfin, je ferai également quelques commentaires sur les développements ici au Moyen-Orient.

La politique étrangère féministe de la Suède a sa fondation dans la politique globale du gouvernement suédois. En fait, le Premier ministre suédois a déclaré qu'il dirigeait un gouvernement féministe. L'ambition du gouvernement est de « combattre les rôles inhibiteurs et les structures discriminatoires » et de « donner aux femmes et aux hommes le même pouvoir et les mêmes opportunités pour réaliser leurs aspirations les plus intimes ». C'est aussi le point de départ de notre politique étrangère féministe.

La politique étrangère féministe est résumée ainsi : elle vise à améliorer les droits, la représentation et les ressources pour toutes les femmes et les filles. Elle ne peut être mise en œuvre qu'en partenariat avec des parties prenantes du monde entier; gouvernements, parlements, société civile, secteur privé, partenaires bilatéraux et multilatéraux.

Un plan d’action 2015-2018 a été développé. Il est basé sur les six objectifs à longs termes suivants qui contribuent à garantir les droits des femmes et des filles :

  • Pleine jouissance des droits humains ;
  • Liberté de la violence physique, psychologique et sexuelle ;
  • Participation dans la prévention et la résolution des conflits et dans la consolidation de la paix post-conflit ;
  • Participation politique et influence dans tous les domaines de la société
  • Droits économiques et autonomisation
  • Santé et droits sexuels et reproductifs

Ces objectifs sont larges afin de faire face aux larges défis et de couvrir tous les objectifs de développement durable. Pour 2016, les domaines d'intervention suivants ont été identifiés:

  • Renforcer les droits humains des femmes et des filles dans un contexte humanitaire ;
  • Combattre la violence sexiste et sexuelle à l'égard des femmes et des filles dans les situations de conflit et de post-conflit ainsi que l'impunité pour ces crimes ;
  • Promouvoir la participation des femmes et des filles en tant qu'actrices dans les processus de paix et les opérations de soutien de la paix ;
  • Promouvoir la participation des femmes et des filles en tant qu’actrices pour un développement économique, social et environnemental durable ;
  • Renforcer l'autonomisation économique des femmes et des filles et leur accès aux ressources économiques, notamment grâce à l'emploi productif et au travail décent
  • Renforcer les droits sexuels et reproductifs des filles et des jeunes

Comme vous pouvez le constate, ces domaines d'intervention sont très pertinents pour les développements actuels au Moyen-Orient. L'un des vecteurs de la mise en œuvre de la politique étrangère féministe est notre coopération au développement. Deux nouvelles décisions gouvernementales sont importantes à cet égard :

Premièrement, la Suède a renouvelé sa Stratégie de coopération au développement régional pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord avec un engagement financier de 215 Milliards de dollars pour 2016-2020. L'objectif est de soutenir la coopération régionale. Les pays actuellement couverts par la stratégie sont l'Algérie, l'Égypte, l'Iran, l'Iraq, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Palestine, la Syrie, la Tunisie et le Yémen.

Cette stratégie a trois thèmes principaux : 1) La démocratie, les droits humaines et l’égalité des sexes renforcés, 2) La gestion durable des ressources naturelles et le changement climatique, 3) Intégration économique et commerce. Par rapport aux stratégies précédentes, la Suède met davantage l'accent sur les droits des femmes, des enfants et des jeunes, mais aussi sur les investissements dans les énergies renouvelables et la gestion durable des ressources naturelles, ainsi que sur des conditions de travail décentes dans la région.

Deuxièmement, a adopté une nouvelle stratégie de coopération au développement pour la crise syrienne avec un engagement financier de 200 MUSD pour 2016-2020. Cette approche pluriannuelle et régionale de la crise syrienne sera présentée par notre Premier ministre à la conférence sur la Syrie qui se tiendra à Londres demain 4 février. (Cela s'ajoute à notre importante contribution de l'aide humanitaire.)

La stratégie tentera de répondre aux besoins en Syrie-même ainsi que dans les pays voisins les plus touchés - le Liban, la Jordanie et la Turquie.

La stratégie pour la crise syrienne met l'accent sur le renforcement de la résilience en Syrie-même et dans les pays voisins et un objectif fondamental est de préparer un futur accord de paix durable. L'objectif de l'aide de la Suède est d'accroître les possibilités pour les personnes, en particulier les femmes, de subvenir aux besoins de leurs familles, de renforcer les capacités des acteurs locaux à offrir des services de base permettant à plus d'enfants d'aller à l'école et accroître l'accès à l'eau potable et aux services de santé. Nous cherchons également à prévenir la violence sexuelle et sexiste et à accroître la capacité locale de fournir des services aux victimes de ces violences et de fournir une réhabilitation digne.

Dans les pays voisins, le soutien dans ces zones bénéficiera à la fois aux réfugiés syriens et aux communautés d'accueil vulnérables touchées par la crise syrienne.

Le deuxième axe de la stratégie de crise en Syrie est la poursuite d'un programme entamé en 2013 dans le but de renforcer la capacité de la société civile syrienne à contribuer à la consolidation de la paix, au renforcement des institutions, au respect des droits humains et à l'égalité des sexes. L'IFE-EFI est un bon exemple d'une organisation partenaire qui travaille avec la Coalition des femmes syriennes pour la démocratie pour préparer une nouvelle constitution inclusive du genre et égalitaire pour la Syrie.

Enfin, quelques mots sur les développements ici au Moyen-Orient. La région est en pleine transformation, de la guerre à la paix (espérons-le), de régimes autoritaires aux demandes de dignité et de démocratie, de sociétés traditionnelles à sociétés modernes. L'égalité des sexes et le rôle des femmes sont des défis majeurs - à la fois dans les processus de transformation, mais aussi comme un objectif à part entière. Aucun pays du monde peut se permettre de ne pas profiter du potentiel de tous ses citoyens ; les femmes, les hommes, les jeunes et les plus âgés.

Faire progresser les droits des femmes et des filles est essentiel pour promouvoir et renforcer la primauté du droit dans toutes les sociétés. Une participation politique accrue des femmes contribue à une gouvernance inclusive, transparente et démocratique. L'amélioration de l'égalité des sexes dans l'éducation et les marchés du travail contribue au développement humain et à la croissance économique. En outre, l'autonomisation des femmes et des filles est essentielle pour promouvoir la paix et la sécurité. C'est pourquoi le monde arabe doit commencer à faire avancer l'agenda du genre aujourd’hui, sinon il risque d'être dépassé par le reste du monde. L’égalité des sexes offre une situation de gagnant-gagnant avec un énorme potentiel de croissance pour les individus et la société. C'est une opportunité que le Moyen-Orient ne peut pas se permettre de manquer.

Helena Gröndahl Rietz, Ambassadrice de Suède en Jordanie

Février 2016