Son excellence Mme Reem Abou Hassan

Poste: 
Ancienne ministre du développement social en Jordanie

Premier dialogue régional Euromed : Du renforcement du rôle des femmes dans la société à l'élaboration de politiques d'égalité des genres

Amman, le 3 février 2016

Discours de Son Excellence Reem Abou Hassan, ancienne ministre du développement social en Jordanie

 

Les droits des femmes ont toujours été, sur le plan régional et international, un riche sujet d’études et de recherches, une plateforme ouverte de discussions objectives et un terrain de planification et de prise de décisions.

Le droits des femmes est un problème assez évident qui se manifeste dans les faibles taux de participation féminine aux niveaux économique, politique et social, comme le montrent les indices de performance dans de nombreux pays à travers le monde, en particulier dans les pays en développement et sous-développés.

Au niveau économique, les femmes sont plus pauvres et sont moins employées que les hommes. Au niveau politique, l'appartenance masculine aux organisations de la société civile et leur résolution à déposer une candidature et à voter sont plus élevées que les femmes. En ce qui concerne le niveau social, les femmes sont davantage victimes de violence domestique et sociale que les hommes.

La raison pour laquelle les droits des femmes sont un problème évident est la discrimination flagrante à laquelle les femmes font face de la part des institutions et communautés de leurs sociétés respectives, l'une des principales raisons pour laquelle la CEDAW a été adoptée au niveau international.

Les droits des femmes sont largement étudiés dans de nombreux rapports régionaux et internationaux. Les interventions internationales sur les droits des femmes ont toutefois été résumées dans le deuxième objectif des Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, qui vise à promouvoir l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Cet objectif, à l'instar d'autres objectifs des Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, n'a pas été atteint dans de nombreux pays du monde entre 2000 et 2015 pour plusieurs raisons, notamment le déclenchement de conflits armés dans certains pays arabes comme la Syrie, La Libye et l'Irak. Dans ces pays, comme dans d'autres, les conflits armés ont provoqué la migration forcée de civils, parmi lesquels des femmes, vers des pays voisins, comme la Jordanie.

La Jordanie a connu trois vagues de migration depuis le début de ce millénaire. La première date de 2003, après la guerre en Irak. La seconde date de 2011, à la suite de la guerre civile syrienne. Et la troisième a eu lieu en 2014, après les actions cruelles et barbares de l'organisation terroriste ISIL contre les civils en Irak, qui a conduit à la migration de milliers de chrétiens de Mossoul.

La Jordanie, qui héberge près d’un million 400 mille réfugiés syriens sur son territoire, a accueilli ces réfugiés bien qu’elle possède elle-même des ressources limitées. La communauté internationale a aussi abandonné la Jordanie, et le peuple jordanien s’est vu contraint de partager leurs ressources avec leurs invités réfugiés. En fait, la Jordanie a même fourni des services sociaux aux réfugiés, notamment en les autorisant dans l'Association pour le bien-être familial dans les provinces du nord en 2015 afin de protéger les femmes réfugiées syriennes et leurs enfants contre la violence domestique.

Un cinquième des bénéficiaires des services de l'Association pour le bien-être familial sont des réfugiés syriens; un tiers des délinquants juvéniles dans les centres de détention pour mineurs sont des réfugiés syriens; un cinquième des mendiants arrêtés sont des réfugiés syriens; et de nombreux autres phénomènes sociaux tels que le mariage des enfants et le travail des enfants et une variété de bouleversements sociaux et économiques tels que la flambée des prix des loyers, etc., sont tous des phénomènes sociaux fruits de la migration syrienne. On peut ainsi dire que la Jordanie a beaucoup souffert de la migration syrienne et dispose d'un plan de résilience et de réponse nationale pour gérer les répercussions de la migration syrienne sur les communautés d'accueil. Ce plan se concentre sur l'aspect de la protection sociale, avec de nombreux programmes visant à protéger les femmes contre toutes les formes de violence, à les autonomiser économiquement et socialement et à les intégrer dans la société. Nous espérons que la communauté internationale contribuera à financer ce plan.

L'intervention régionale sur les droits des femmes et le statut des droits des femmes dans le monde arabe a été résumée dans le deuxième rapport publié par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), avec l'aide d'un certain nombre d'organisations arabes au début du millénaire, intitulé Vers la montée des femmes dans le monde arabe (Towards the Rise of Women in the Arab World). Les révisions et évaluations périodiques de ses conclusions et recommandations étaient absentes de ce rapport. Alors que ces mêmes interventions étaient résumées lors des conférences Euromed tenues à Marrakech, Istanbul, Paris et Barcelone, entre autres, qui  ont donné des recommandations spécifiques dont cette conférence devait assurer la mise œuvre.

Mesdames et messieurs,

Pour un réel diagnostic des droits des femmes, qui reste une priorité dans les conférences internationales, régionales et nationales telles que celles tenues à Marrakech, Istanbul, Paris et Barcelone entre autres, nous devons nous rappeler les objectifs du développement durable adoptés par la communauté internationale en septembre 2015 et les mettre en œuvre dans leur totalité, y compris le cinquième qui stipule: réaliser l'égalité des sexes et l'autonomisation de toutes les femmes et les filles.

Nous, en Jordanie, en tant que leadership conjoint, travailleront en unisson sur l'adoption de recommandations relatives aux droits des femmes lors de la prochaine conférence ministérielle - des recommandations qui tiennent compte des développements mondiaux, notamment la crise des réfugiés syriens et l'émergence de groupes radicaux. En outre, nous tenterons d'établir un lien entre les objectifs de développement durable adoptés par la communauté internationale et, en particulier, le cinquième objectif -qui consiste à réaliser l'égalité des sexes et l'autonomisation de toutes les femmes et des filles- et les recommandations que la prochaine conférence ministérielle retiendra. Nous espérons que cette belle rencontre nous fournira une feuille de route pour nous guider dans notre travail à venir. Nous nous coordonnerons également avec le secrétaire et le représentant d'EuroMed à cette fin.

Et en ce qui concerne le développement durable, notre vision nationale jordanienne exprime nos espoirs pour la période 2015-2025 et s'articule autour des éléments de la société, du pays, du gouvernement et de l'environnement de travail.

Chacun de ces éléments a des éléments subsidiaires, tels que la société, qui comprend l'élément de protection communautaire, représentée par le travail social jordanien, qui mérite la délivrance d'une loi unifiée pour la gouverner, le rétablissement d'une stratégie unifiée et le renforcement de la sécurité sociale à inclure comme condition préalable à la gestion de la qualité totale. (Total quality management). Parce que tous les éléments de cette vision aident à autonomiser les femmes et à renforcer leur rôle dans la société.

Je tiens également à souligner que la Jordanie a mis en place un comité ministériel plus élevé pour autonomiser les femmes et soutenir leurs droits. La fonction de ce comité est de prendre les cas relatifs aux droits des femmes et de les gérer avec l'aide des ministères et des décideurs. Ce comité est un des exemples phare dans la région de par son soutien direct à la Commission nationale jordanienne pour les femmes et vise à assurer la mise en œuvre de politiques et de stratégies liées à la participation et à l'autonomisation des femmes par tous les ministères et organisations gouvernementales et à établir ainsi les droits des femmes en tant que une priorité nationale.

C'est pourquoi nous espérons que nos efforts seront bénéfiques pour cette conférence, encourageront l'échange d'expériences et de réalisations, et iront plus loin dans la mise en œuvre des recommandations ministérielles relatives à l'autonomisation des femmes publiées lors de la conférence de Paris en 2013.

Nous remercions l’Initiative Féministe Euromed et l’Union européenne d'avoir soutenu cet important atelier régional et nous remercions tous les participants et experts du monde entier d'être présents à cette importante conférence.

Nous, au ministère du développement social, vous souhaitons la bienvenue en Jordanie et vous souhaitons un bon séjour dans votre deuxième pays. Nous souhaitons également que cette rencontre soit la meilleure et espérons que ses objectifs seront atteints.

Merci,

Son Excellence Mme Reem Abou Hassan, anciennce ministre du développement social en Jordanie

Février 2016