Un double fardeau : Les réfugiés palestiniens de Syrie 24 mai 2017, Liban

24 mai 2017
gender equality, paris, womens rights, feminism

Après cinq longues années, le conflit syrien s’éternise sans fin apparente. Alors que le conflit armé s’intensifie à travers de multiples lignes de front, le mépris général pour la vie civile approfondit les besoins humanitaires et de protection avec plus de 4,2 millions de personnes inscrites comme réfugiés dans les pays voisins et une estimation de 6,5 millions de déplacés à l’intérieur-même de la Syrie.

Les réfugiés palestiniens demeurent très vulnérables et ont été disproportionnellement affectés par le conflit, en raison des zones de guerre en Syrie, du taux de pauvreté élevé et du statut juridique fragile de ceux qui sont obligés de fuir vers le Liban et la Jordanie. Environ 450 000 des 560 000 réfugiés enregistrés auprès de l'UNRWA en Syrie restent à l'intérieur du pays.

La vaste majorité des réfugiés palestiniens de Syrie – RPS – au Liban vivent dans des conditions précaires, sont marginalisés et dans l’incapacité de régulariser leur statut juridique ou d'accéder aux procédures d'enregistrement civil et aux services sociaux de base. Avec leur apatridie et leur statut de double réfugiés, ils n’ont aucun accès aux droits de l’homme. Sans droits légaux, les RPS n’ont pas accès à la plupart des droits de l'homme, y compris l'employabilité, et sont confrontées à une multitude de discriminations fondées sur leur nationalité et leur statut juridique.

La conférence « Un double fardeau : Les réfugiés palestiniens de Syrie », a eu lieu le 23 mai 2017 à l’Institut Issam Fares pour les politiques publiques et les affaires internationales à l’Université Américaine de Beyrouth, au Liban. La conférence a abordé les défis auxquels sont confrontés les réfugiés palestiniens et a recommandé des politiques qui garantissent les conditions favorables à un travail commun afin de prendre une mesure efficace pour soutenir et mettre en place une politique globale pour l'égalité des réfugiés.

 

Mme Lilian Hallas-French, coprésidente de l’Initiative féministe Euromed, a pris part à la session sur les procédures de sécurité humaine dans le cadre des lois et conventions internationales. Elle a rappelé que la paix et la sécurité constituaient une des questions majeures que traitait l’IFE-EFI et a également rappelé la solidarité de l’IFE-EFI avec le peuple palestinien. Elle a insisté sur le fait que la sécurité humaine ne mérite vraiment son nom que si elle comprend les deux composantes de l'humanité et est liée aux notions interconnectées d'égalité réelle, de citoyenneté complète et d'universalité des droits.

Elle a rappelé que l’IFE-EFI préconise une approche globale de la crise des réfugiés, inclusive et encadrée par une perspective sexospécifique et la mise en œuvre de la résolution 1325. Elle a également souligné les obstacles auxquels les femmes sont confrontées pour faire partie des processus décisionnels dans le domaine de la sécurité et des conséquences tragiques de cette exclusion.